Une zone inondable est définie par le Plan de Prévention des Risques d’Inondation. Par définition, les zones inondables correspondent aux zones qui, par le passé, ont été recouvertes par les eaux lors d’une inondation. Elles sont classées en catégories, en fonction de la nature du risque. Les zones rouges présentent un risque élevé. Les zones bleues présentent un risque moyen et les zones inondables blanches un risque faible. Aussi étonnant que cela puisse paraitre, des permis de construire sont encore obtenus pour des terrains situés en zones inondables bleues et blanches.

Quelles constructions sont réalisées en zones inondables ?

Lorsqu’un terrain est vendu en zone inondable bleu ou blanche, il est possible pour le nouveau propriétaire d’obtenir un permis de construire, sous certaines conditions. Ces conditions permettent de diminuer les risques d’accident liées aux inondations, ainsi que les risques d’aggravation des inondations. Il est demandé de s’assurer que la construction n’entrave pas l’écoulement de l’eau, et de construire en respectant quelques règles de bon sens : surélever les constructions et les réaliser sur les parties du terrain les moins exposées au risque d’inondation, utiliser des matériaux adaptés, ne pas disposer de polluants dans les pièces à risques, etc… Fondamentalement, tout le monde peut construire en zone inondable et croiser les doigts pour qu’à la première crue, l’eau n’emporte pas tout sur son passage.

Pourquoi ne pas construire en zone inondable ?

S’il est autorisé de construire en zone inondable en respectant les différents principes imposés, pourquoi ne pas le faire ? Les règles permettent de limiter les risques d’accidents, mais les risques d’inondations, eux, sont bien présents, avec parfois des conséquences désastreuses. Les franchises d’assurances augmentent, il est même parfois difficile de trouver un assureur. A chaque inondation, des pièces entières sont ravagées, et si les biens sont remboursés par une assurance, les souvenirs, eux, n’ont pas de prix. Une inondation est un évènement traumatisant même si on s’y attend.

Il est possible de protéger ses biens en utilisant des solutions anti-inondations comme celles commercialisées sur le site orisques.com par exemple. Pour les risques les plus importants, des « bulles anti-inondations » ont même été créées, suivez ce lien : http://www.orisques.com/nos-produits/81-84-cubeo-inondation-nos-produits-dphm-sas.html#/20-volume-6. Les conséquences sur le long terme sont également à prendre en compte. Il sera bien plus difficile de revendre une maison construite en zone inondable, et sa valeur sera moindre.

Que font les collectivités pour protéger les constructions en zone inondable ?

Rappelez-vous qu’arrêter une inondation, à l’échelle d’une collectivité, est très compliqué. Lors d’une crue ou d’une coulée de boue, des barrières anti-inondations peuvent être installées pour limiter des dégâts. Elles peuvent être trouvées ici : http://pro.orisques.com. Pour la protection long terme, des travaux peuvent être réalisés pour dévier un cours d’eau ou créer des zones drainantes, par exemple, et ainsi limiter les risques. A Sainte-Marthe-Du-Cap (Québec), par exemple, des travaux sont prévus pour arrêter les inondations qui, depuis 14 ans, frappent à chaque printemps. Vous pouvez trouver plus de détails sur cette page : https://www.lhebdojournal.com/problemes-dinondation-regles-lautomne/. Des situations similaires existent en France. Des actions sont prises par les collectivités pour limiter les risques, mais l’eau est souvent imprédictible, et le plus sage reste de s’éloigner les zones inondables et de construire loin des risques d’inondations.

Construire en zone inondable est possible, en respectant les règles imposées. Ces règles ne permettent cependant pas de réduire le risque d’inondation, juste d’en limiter les effets. Il est donc recommandé de considérer les conséquences d’une construction en zone inondable, augmentation des primes d’assurance, mise en danger des personnes y résidant, difficultés à la revente, avant de se lancer dans un tel projet.

There are currently no comments.